Vivre un deuil et aller de l’avant

Le décès d’un être cher est une expérience douloureuse pour beaucoup. Le deuil implique une tristesse et un profond chagrin. Divers sentiments et attitudes peuvent également survenir (choc, déni ou encore colère). Faire face à la perte d’un proche et à la période qui l’accompagne est une expérience personnelle. Zoom sur le travail de deuil et ses étapes, mais aussi sur la ritualisation de l’hommage pour aider « ceux qui restent »…

Le processus de deuil

Le travail de deuil est souvent résumé en grandes étapes ou stades par lesquels la personne endeuillée va passer. Il convient de nuancer quelque peu cette théorie. En effet, le travail de deuil est un processus complexe, propre à chacun.

A lire également : Puis-je emprunter à 60 ans ?

Les principaux stades dans le deuil

Le déni : Bien souvent, le déni arrive rapidement après l’annonce du décès. C’est un mécanisme de défense pour la personne endeuillée qui vit un choc.

La colère : Le déni laissant place à la réalité de la mort, un sentiment de colère peut alors apparaître. La colère peut s’accompagner de moments de rage et de ressentiments : « Pourquoi moi ? », « C’est injuste »… Cette réaction face à la perte d’un être cher vient d’une frustration de ne pas pouvoir contrôler la mort. Chez certains, la colère peut dévier sur la recherche ou la désignation d’un responsable.

A découvrir également : ASPA : l'Allocation Spéciale pour les Personnes Agées

Le marchandage : c’est la phase où la personne cherche un moyen pour contrôler la situation, pour minimiser la perte. La personne en deuil cherche alors à négocier avec elle-même pour compenser le vide et prendre ses distances avec la réalité.

La tristesse et la dépression : ce stade dans le deuil est le plus long. Le sentiment de tristesse profonde peut durer plusieurs mois voire années. La perte de moral et la tristesse peuvent basculer en dépression. Le sentiment de culpabilité et la grande tristesse alimentent cette période.

L’acceptation : c’est la dernière étape du deuil, celle où la personne accepte la réalité du décès. Elle commence à se « reconstruire ». Elle reprend le cours de sa vie et apprend à vivre avec la perte de l’être cher.

Affronter la perte d’un proche est la première étape d’un processus personnel et chacun le vit de manière différente. ROC ECLERC, par exemple, fait de l’accompagnement des personnes en deuil l’une de ses valeurs. Les conseillers funéraires sont des interlocuteurs formés en psychologie et sociologie du deuil. Ces professionnels peuvent aider à amorcer le travail de deuil.

La ritualisation des obsèques

 

Organiser les obsèques d’un parent ou d’un proche est une expérience délicate. La personne endeuillée se sent désemparée de toute énergie alors qu’elle doit faire face à diverses situations (les démarches administratives, le financement et la préparation des obsèques, l’organisation de la cérémonie funéraire).

Toutefois, le fait de ritualiser les obsèques est une phase importante pour accepter la perte d’un être cher. C’est pourquoi les agences de pompes funèbres ROC ECLERC notamment accorde de l’importance à la ritualisation et à la personnalisation de la cérémonie funèbre (qu’il s’agisse d’organiser une cérémonie civile ou une cérémonie religieuse). L’hommage au défunt aide à verbaliser ses sentiments et ses émotions quant au décès.