Solitude dépressive : Il est possible d’être aidé par un pcychologue

La solitude, surtout lorsqu’elle est une contrainte, n’est pas si facile à vivre au quotidien. Elle peut affecter la personne concernée sur le plan mental sans qu’elle ne s’en rende compte forcément. C’est là qu’on parle de solitude dépressive. Comment la reconnaître ? Que faut-il faire ? Comment s’en sortir ? Faisons le point sur la solitude dépressive dans cet article.

La solitude, se sentir seul, mais pas que …

On définit la solitude comme un sentiment de souffrance relatif au fait qu’on n’ait pas ou qu’on ait peu de relations sociales. Oui, la solitude, c’est se sentir seul. Ce n’est pas toujours une situation qu’on choisit, mais dans la plupart des cas, on la subit pour différentes raisons. Il ne faut pas confondre ce sentiment de solitude avec le caractère solitaire d’un individu.

A lire en complément : Saturomètre et santé respiratoire : un duo indispensable

On peut être solitaire sans pour autant ressentir ce sentiment. À l’inverse, on peut aussi être touché par la solitude, et ce, même en étant entouré. Un sujet peut en effet se sentir seul, même s’il a des amis et sa famille autour de lui, mais que cet entourage ne l’entend ou ne le comprend pas. Dans ce cas, c’est au niveau de la perception des relations avec les autres et de l’environnement le problème.

L’impact de la solitude

La société dans laquelle on vit fait que le sentiment de solitude prend de plus en plus place. Se retrouver seul au quotidien et vivre avec très peu de relations sociales peut favoriser le stress sur le long terme. De là, notre organisme peut sécréter plus de cortisol et d’adrénaline pour pousser à l’action et pour survivre. La production excessive de ces deux hormones va entraîner un déséquilibre.

Lire également : Tout savoir sur la gelée royale

La fréquence cardiaque va augmenter et le système digestif va entrer en sous-régime et libérer plus de sucre dans le sang. Tout ceci peut se traduire par la suite par une perte ou une prise de poids, des troubles du sommeil.

Les conséquences de la solitude vont jusqu’au plan psychologique. Ce sentiment de solitude peut conduire à des troubles anxieux, à des addictions, à une tristesse, et même à la dépression. C’est lorsque ce trouble de la dépression apparaît qu’on peut parler de solitude dépressive. Chez les personnes âgées, l’impact de la solitude peut arriver jusqu’aux idées suicidaires.

Les caractéristiques de la solitude dépressive

Comme nous l’avons évoqué ci-dessus, la solitude dépressive est une forme de solitude avancée qui s’accompagne de la dépression. Elle n’est pas toujours facile à reconnaître, notamment si on choisit d’être seul. En tout cas, on peut déjà dire que vous avez ce sentiment de solitude ancré en vous si :

  • Vous êtes toujours en retrait, même si on vous met avec des personnes que vous connaissez,
  • Vous repliez sur vous-même,
  • Vous ressentez un manque de confiance en vous,
  • Vous avez l’impression de ne pas être compris par votre entourage,
  • Vous ressentez un sentiment de différence ou d’abandon,
  • Vous vous sentez exclu ou jugé.

À ce stade, on ne peut pas encore parler de solitude dépressive. Elle va apparaître si vous laissez ce sentiment de solitude prendre place. Avec les signes ci-dessus, vous pouvez alors :

  • Ressentir un sentiment de tristesse quasi permanente,
  • Avoir une perte d’intérêt pour toute activité,
  • Avoir l’impression de ne plus avoir ni la force, ni l’énergie,
  • Avoir des difficultés à mémoriser ou à vous concentrer,
  • Ressentir un sentiment de dévalorisation et de culpabilité.

Lorsqu’un des signes évoqués ci-dessus apparaît, s’en sortir seul n’est presque plus possible.

Chercher de l’aide pour s’en sortir

Même si vous n’êtes pas encore au stade de la solitude dépressive, vous devez réagir. Vous pouvez par exemple vous activer pour créer des liens en vous inscrivant à des cours de sport, en participant à des voyages organisés ou tout simplement en adhérant à une association locale.

L’idée ici n’est pas de faire le maximum d’amis, mais de créer des liens de qualité, notamment des relations authentiques et positives. Si vous êtes timide, ce ne sera pas si facile, mais ce n’est pas non plus impossible. Ça ne doit pas être si compliqué si vous échangez avec des personnes qui partagent les mêmes valeurs que vous.

Lorsque les signes de dépression apparaissent à cause de votre solitude, ce n’est pas en vous faisant de nouveaux amis que vous allez vous en sortir. Dans ce cas, il serait plus judicieux d’aller voir un professionnel de la santé. Vous pouvez en parler avec votre médecin traitant. Il pourra vous confirmer s’il s’agit vraiment de la solitude dépressive.

En fonction de ceci, il pourra vous prescrire un traitement et/ou vous orienter vers un spécialiste comme un psychologue. Si vous êtes sûr de votre état de santé, vous pouvez contacter directement un psychologue en ligne. Ce sera plus rapide, car vous serez directement pris en charge.

Pour une prise en charge immédiate aussi, vous pouvez appeler le 3114. C’est un numéro de téléphone gratuit qui est disponible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Au bout du fil, vous aurez un psychiatre, un psychologue ou un infirmier spécialisé. Vous pourrez ainsi partager avec ce professionnel ce que vous ressentez pour qu’il puisse vous aider en vous dirigeant vers un professionnel plus compétent.

Il faut comprendre que cet appel ne fait pas tout et tôt ou tard, vous devez prendre rendez-vous avec un psychologue pour avoir une prise en charge adaptée.

On ne guérit pas de la solitude dépressive du jour au lendemain. Accordez-vous du temps, car ceci peut prendre des mois, voire quelques années. Pour vous en sortir rapidement, on ne vous demande pas de briser complètement cette solitude en déménageant chez un proche ou en restant collé à une personne 24 heures sur 24, mais plutôt d’en parler avec une personne de confiance qui peut être un ami ou un membre de la famille. Le soutien et l’écoute contribuent grandement au processus de guérison. Vous pouvez également envisager de rejoindre des groupes de soutien.