Qui a droit à la retraite à 1000 euros ?

Avant le Conseil Economique, Social et Environnemental, le Premier Ministre Édouard Philippe a confirmé, le 11 décembre 2019, une pension de retraite minimale de 1 000 euros net par mois pour une carrière complète au Smic.

Ainsi, ceux qui ont eu une carrière complète mais avec de faibles rémunérations, comme les agriculteurs, recevront au moins 1 000 euros. Bonne nouvelle qui s’appliquera aux agriculteurs retraités à partir de 2022 et non 2025, date initialement prévue.

D’ autre part, et même si Édouard Philippe a indiqué que « la pension minimale sera garantie à 85% du Smic et évoluera ainsi », aucune date n’a été annoncée pour la mise en œuvre de cette mesure pour les retraités actuels.

A découvrir également : Seniors : 4 projets à concrétiser à la retraite

Avec l’introduction de la réforme, les agriculteurs verront les règles de calcul de leurs pensions plus proches de celles de leurs concitoyens. Concrètement, elle entrera en vigueur le 1er janvier 2022 pour les jeunes qui entrent sur le marché du travail et qui contribueront au régime universel.

D’ ici le 1er janvier 2025, les générations nées en 1975 et au-delà rejoindront le nouveau régime. En d’autres termes, les personnes âgées de moins de 17 ans de retraite ne sont pas touchées par la réforme. Ceux qui ont plus de 17 ans rejoindront le nouveau régime en conservant tous leurs droits acquis antérieurement.

Lire également : Trouver sa résidence senior à Strasbourg

© JC Gutner Valeur du point

Quant à la valeur du point, il ne sera pas fixé « à la rescousse, selon les difficultés budgétaires », a promis le Premier ministre. Elle sera déterminée par les partenaires sociaux à la lumière de l’évolution des salaires sous le contrôle du Parlement. Une autre promesse d’Edward Philippe : la valeur des points gagnés ne diminuera pas et le principe sera reflété dans la loi.

Si l’âge de la retraite est maintenu à 62 ans, le Gouvernement a décidé de fixer un âge d’équilibre de 64 ans, avec un système de malus en cas de départ anticipé et des primes pour plus tard départs. Cet âge entrera en vigueur en 2027. De plus, ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans et ceux qui se sont engagés dans des métiers « usages » pourront partir « deux ans avant les autres » promis Édouard Philippe.

Le gouvernement veut agir rapidement : le projet de loi sera rédigé d’ici la fin de l’année, soumis au Conseil des ministres le 22 janvier 2020 et discuté au Parlement à partir de février.

Réactions contrastantes

Dans une déclaration du même jour, la FNSEA a salué « une réforme ambitieuse pour l’avenir », tout en regrettant l’absence de mesures pour les retraités agricoles actuels. Le syndicat voit l’établissement d’une retraite minimale de 1000€ à partir de 2022 « bonnes nouvelles, puisque la date initialement prévue était 2025 »

Au contraire, la Confédération paysanne appelle à une « mobilisation plus poussée » contre les réformes. Les annonces d’Édouard Philippe « ne répondent pas à nos exigences pour une réévaluation immédiate du les pensions les plus faibles et pour un futur système de retraite solidaire, équitable et universel », a déclaré le syndicat dans un communiqué.

Pour la coordination rurale, la réforme annoncée est « profondément injuste, signe du manque de considération du gouvernement envers les agriculteurs ».

La CFDT appelle à la grève dans les chambres d’agriculture le 17 décembre

Par lettre adressée le 11 décembre au Président de l’APCA (chef des chambres), la FGA-CFDT dépose un « avis de grève national applicable à tous les établissements du réseau des chambres d’agriculture » au plus tard le 17 décembre 2019.

Dans le cadre de la mobilisation annoncée par le syndicat intersyndical pour aujourd’hui, le premier syndicat des employés des chambres (86,7% de représentativité) appelle à « différentes formes d’action, y compris la grève ».

Show Buttons
Hide Buttons