sommeil des seniors

Les seniors peuvent-ils améliorer leur sommeil?

Contrairement aux idées reçues, on a besoin d’autant de temps de sommeil (à une heure près) en vieillissant. Avec l’âge, c’est la qualité du sommeil qui a tendance à se dégrader, mais nous allons voir que ce n’est pas une fatalité, et que des solutions existent pour éviter l’installation de troubles du sommeil après 65 ans.

Un sommeil qui évolue avec l’âge

sommeil des seniorsLe sommeil tend à se fragmenter après 50 ans, les réveils nocturnes deviennent plus nombreux et plus fréquents. On met un peu plus de temps à s’endormir et les phases de sommeil profond sont un peu plus courtes également. Comme le sommeil tend à être plus léger, on est plus sensibles aux bruits et à la lumière, qui peuvent augmenter le nombre de réveils au court de la nuit.

À cela peuvent s’ajouter des facteurs qui vont perturber fortement le sommeil. Par exemple, un haut niveau d’anxiété en lien avec des événements de vie stressants, ou encore la période de ménopause pour les femmes. Il y a également des problèmes physiologiques qui ont tendance à être plus fréquents l’âge avançant, tels que le syndrome des jambes sans repos ou encore l’apnée du sommeil.

Si l’on écarte ces problèmes de santé et que l’on souffre d’insomnies ou d’un mauvais sommeil, il existe des solutions alternatives à la prise de somnifères qui, on le sait maintenant, s’avèrent très nocifs avec le temps.

Des remèdes naturels

bien-être des seniorsEn effet, la prise régulière de somnifères concernent de nombreux seniors alors que ceux-ci ont de nombreux effets secondaires qui peuvent être très handicapants, tels que les pertes de mémoire, d’équilibre, sans compter le phénomène de dépendance qu’il induit quand il est pris sur une longue période d’affilée. En réalité, à long terme, les somnifères finissent par dégrader encore plus la qualité du sommeil et l’on se retrouve pris dans un cercle vicieux, de plus en plus difficile à briser le temps passant.

En réalité, hors des prises très ponctuelles qui peuvent être utiles pour passer un cap difficile par exemple (un deuil, une séparation, etc.), mieux vaut « apprendre » à bien dormir en adaptant ses habitudes et en mettant en place quelques rituels simples, mais très efficaces à long terme.

Tout d’abord, il est très important de sortir à la lumière du jour et au grand air suffisamment longtemps chaque jour. Pour les personnes plus âgées ayant moins d’activité sociale, il y a un risque de rester trop à l’intérieur, ce qui augmente le temps d’endormissement et le risque de se coucher trop tôt également. Il faut sortir, selon les experts, au minimum 1 heure par jour. Une activité physique modérée, mais quotidienne est nécessaire également à une bonne qualité de sommeil.

Pour lutter contre l’anxiété ou le stress, il existe de nombreuses méthodes naturelles et efficaces, telles que la sophrologie, la méditation, le yoga, etc. Ces techniques que l’on peut appeler « corps-esprit » car elles aident à synchroniser les deux, permettent un endormissement plus rapide et des réveils nocturnes moins fréquents.

Enfin, il existe également des comprimés à base de mélatonine (hormone qui induit le sommeil) qui peuvent aider à bien réguler notre sommeil et qui ont l’avantage de ne pas provoquer de dépendance.

Répondre